Aliment zéro céréales et cardiopathie

La FDA suspecte « un lien potentiel entre certains aliments pour chiens »  à forte teneur en légumineuses et la survenue d'une cardiomyopathie dilatée.

Aux USA, la FDA avait lancé une alerte en juillet 2018, suite à la déclaration de cas de cardiomyopathie dilatée chez des chiens n'appartenant pas à des races prédisposées.  
 Ces cas avaient en commun de consommer des aliments à forte teneur en légumineuses, voire sans céréales.
 Fin juin, une mise à jour vient d'être publiée par l'agence fédérale : 560 chiens et 9 chats ont été identifiés parmi les déclarations comme ayant une CMD avérée. Dans plus de 90 % des cas, ils consommaient un aliment “zéro céréales”.  
Très à la mode, ces aliments dominent le marché outre-Atlantique, aussi, la FDA reste-t-elle très prudente sur le lien de causalité, et poursuit son appel à soumettre d'autres cas.  
Elle précise aussi que certains de ces cas – mais pas tous – présentent des concentrations sanguines en taurine abaissées. Et qu'un changement d'aliment, avec ou sans 
supplémentation en taurine, a pu améliorer l'état de certains chiens. 

1222 nUn an après avoir lancé l'alerte, la FDA reste très prudente sur le lien potentiel entre aliments pour chiens contenant des teneurs élevées en légumineuses et la survenue de cardiomyopathies dilatées chez des sujets de races non prédisposées (cliché : Keith Weller, Agricultural Research Service, USDA, Wikimedia).

Aux USA, la FDA avait lancé une alerte en juillet 2018, suite à la déclaration de cas de cardiomyopathie dilatée chez des chiens n'appartenant pas à des races prédisposées.  
Ces cas avaient en commun de consommer des aliments à forte teneur en légumineuses, voire sans céréales.
Fin juin, une mise à jour vient d'être publiée par l'agence fédérale : 560 chiens et 9 chats ont été identifiés parmi les déclarations comme ayant une CMD avérée. Dans plus de 90 % des cas, ils consommaient un aliment “zéro céréales”.  
Très à la mode, ces aliments dominent le marché outre-Atlantique, aussi, la FDA reste-t-elle très prudente sur le lien de causalité, et poursuit son appel à soumettre d'autres cas.  
Elle précise aussi que certains de ces cas – mais pas tous – présentent des concentrations sanguines en taurine abaissées. Et qu'un changement d'aliment, avec ou sans supplémentation en taurine, a pu améliorer l'état de certains chiens. 

Mauvaise nouvelle pour les propriétaires qui souhaitent mettre leur chien au régime végétalien ou sans céréales de manière durable…

Il semble que, sur le moyen à long terme, un tel régime ne convienne pas au cœur de leur animal. L'alerte a d'abord été lancée par la Food and Drug Administration (FDA) le 12 juillet 2018, sur la base de cas de cardiomyopathie dilatée (CMD) « survenus dans des races qui n'y sont pas génétiquement prédisposées ». 


En l'occurrence : « golden et Labrador retrievers, whippets, un shih tzu, un bouledogue, des schnauzers nains ainsi que des croisés ». La suspicion se portait déjà sur « certains petfoods contenant comme principaux ingrédients des pois, lentilles, d'autres graines de légumineuses ou des patates » et « leurs protéines amidons et fibres dérivées ». 
 

560 chiens, 14 chats 
 

Ce 27 juin, la liste des questions-réponses en lien avec ces cas a été mise à jour. Elle précise qu'entre « le 1 er janvier 2014 et le 30 avril 2019, la FDA a reçu 524 otifications de cas [confirmés] de CMD [correspondant à] 560 chiens », certains de ces cas concernant plusieurs animaux d'un même foyer. « 119 d'entre eux sont décédés ». 
L'essentiel de ces cas a été déclaré après l'appel lancé en juillet 2018. Quatorze chats ont aussi été signalés, 5 d'entre eux étant décédés.

La FDA a publié en ligne un fichier de 78 pages rassemblant tous ces cas confirmés, avec le nom de chaque aliment suspecté par les propriétaires. Sur son site, elle ne nomme que les aliments pour lesquels le nombre de cas est supérieur à 10 : il y en a deux avec plus de 60 cas (67 et 64), un avec 53 cas, deux autres à 32 cas et un à 31 cas… (au total 16 noms commerciaux pour 431 cas). « Toutes formes d'aliments [sont représentées] : croquettes, en boîte, cru, mais aussi à cuisiner à domicile ».

Et comme « la nature du lien entre les ingrédients et la pathologie n'est pas encore déterminée, [la FDA] ne dispose pas d'informations indiquant que les aliments doivent être retirés du marché ». 


Zéro céréales 


La mise à jour concerne aussi les ingrédients principaux des aliments incriminés : s'ajoute à leur liste le pois chiche et « différents types de pommes-de-terre » car « les patates douces sont considérées comme des pommes-de-terre ». Comme le note la FDA, « la plupart des ingrédients [incriminés] sont depuis longtemps incorporés dans le petfood. Récemment, la proportion de légumineuses ou de leurs graines a significativement augmenté dans certains aliments, y compris ceux étiquetés “sans céréales” ou “zéro-céréales” ». Or « ces produits sont devenus excessivement populaires sur les dernières années », et ne sont pas forcément végétariens/végans. Il ne s'agit en effet pas que de la mode végétalienne outre-Atlantique, mais aussi d'une demande des maîtres à disposer d'aliments sans céréales pour leur animal, au titre de la naturalité…

La suspicion vient du fait qu'il y a « significativement moins de déclarations de chiens [à CMD] qui ont mangé des aliments contenant des céréales », puisque « plus de 90 % des produits son “sans céréales” ».

Toutefois, l'agence fédérale reste prudente : d'une part, « la [forte] prévalence de chiens consommant des aliments “sans céréales” [parmi les cas de CMD] pourrait refléter leur part de marché » et d'autre part elle a aussi « reçu des plaintes associées à des aliments contenant des céréales ». 


Faible taurine ? 


La FDA indiquait dès juillet 2018 que la communauté des cardiologues vétérinaires précisait que « ces animaux consommaient ces aliments comme source principale de leur alimentation depuis des périodes de temps allant de plusieurs mois à plusieurs années ». Pour quatre cas médicalement bien documentés et transmis à cette agence fédérale (trois golden retrievers et un Labrador retriever), les animaux présentaient « une faible concentration sanguine en taurine ; la déficience en cet acide aminé étant bien connue comme pouvant conduire à une CMD ». 
 
Le Labrador était « en convalescence avec des soins vétérinaires, une supplémentation en taurine et un changement d'alimentation ». Pour autant, quatre autres cas présentaient un concentration normale en taurine. Les investigations ont été déclenchées en même temps que l'alerte, ainsi qu'un appel « aux propriétaires et aux vétérinaires à signaler d'autres cas ».

Parmi les nouveautés de ce 27 juin figure aussi le résumé de l'analyse détaillée des dossiers médicaux de 340 chiens et 9 chats parmi les signalements parvenus depuis à la FDA. « 61 % des chiens et 100 % des chats ont évolué vers une insuffisance cardiaque congestive ». Il y avait « des signes de dégénérescence valvulaire » chez 15 % du total des cas une fibrillation atriale chez 12 %. L'analyse des concentrations sanguines en taurine ne fournit pas de solution évidente.
 
 Nombre de chiens et chats selon les niveaux de concentration (sanguine ou plasmatique) en taurine et les modifications cardiaques à l'échographie, selon les dossiers médicaux des cas déclarés et comportant ces informations (Veterinary Laboratory and investigation network, 2019). 


Amélioration possible.  


Toutefois, certains cas ont été signalés comme s'améliorant « à partir d'une nouvelle échographie cardiaque et à la suite de traitements vétérinaires, modification du régime alimentaire » et avec ou sans (selon les cas) supplémentation en taurine. Le groupe en charge de ces investigations à la FDA (Veterinary Laboratory and investigation network) signale avoir redemandé des échographies de contrôle pour une trentaine de cas, « pour mieux comprendre les modifications de CMD ».

Il signale aussi que la CMD, quand elle survient sur des races prédisposées génétiquement, peut également être améliorée. Ils citent le cas de deux pinschers adultes ayant développé une CMD avérée chez lesquels, outre le traitement médical, « il y a eu une transition alimentaire vers un aliment contenant des céréales. Au contrôle des trois mois, les deux chiens, avaient présenté une amélioration clinique et échographique ».

En l'état « la FDA ne peut pas attester que ces déclarations de cas sont liées ou non au régime alimentaire » des animaux affectés de CMD, mais « les investigations se poursuivent ». 
 

  • Nom du fichier : Cmd-zero cereales
  • Taille : 70.74 Ko
Télécharger