L'age du chien VS Age Humain

La règle “âge du chien x 7 = son âge humain” est fausse ; voici la nouvelle formule

La conversion de l'âge des chiens en âge humain n'est pas linéaire, mais logarithmique (logarithme népérien) : son âge humain = 16 x ln(âge du chien) + 31. Ainsi, un chien d'un an correspond, en termes de « maturité physiologique », à un humain de… 31 ans ! Loin de la “règle des 7”. Selon cette formule, un chien de 12 ans (espérance de vie moyenne des Labradors) est en fait un septuagénaire…

Méthylome

 

Pour arriver à cette formule, un ensemble de généticiens américains, majoritairement d'humaine mais comportant deux vétérinaires (de l'UC Davis, et du NIH), ont recherché la proportion de méthylation dans l'ADN de 104 Labradors, âgés de 0,1 à 16 ans. La méthylation de l'ADN (modifications épigénétiques) se fait ponctuellement (sur les dinucléotides cytosine-guanine), mais selon une évolution ordonnée : au fur et à mesure du vieillissement, le profil de méthylation de l'ADN est prévisible, « comme des rides sur un visage », compare le dernier auteur de l'étude. Au point qu'en humaine, la lecture du « méthylome » d'un sujet dont l'ADN aurait été analysé en ce sens permet d'en déduire son âge. Pour autant, jusqu'à présent les modèles mathématiques construits pour l'Homme n'étaient pas cohérents pour les autres espèces de mammifères. Les auteurs expliquent qu'ils se sont donc intéressés aux chiens car « ils partagent le même environnement que leur maître, et bénéficient d'un niveau de soins quasiment comparable ».

 

Horloge épigénétique

 

Les auteurs ont donc mesuré le profil de méthylation de l'ADN des chiens de l'étude (ce qui a demandé la mise au point d'un outil analytique jusque-là validé pour les seuls humains), sur des gènes partagés avec les humains (90 000 sites de méthylation, sur les 232 000 mesurés en humaine). Ils ont ainsi pu construire une « horloge épigénétique » canine. En rapprochant le résultat obtenu de ceux, déjà connus par ailleurs (sujets de 1 à 103 ans), des humains de différents âge, les auteurs ont pu mettre à jour la formule de conversion de l'âge canin en âge humain (voir l'illustration principale). Ils ont testé trois formules, et au final ont retenu “âge humain : 16 x ln(âge du chien) + 31” comme la plus fiable.

Ex pour un chien de 10 ans : 16xln(10)+31=67.8 Ans

 

Autres espèces

 

Cette comparaison permet aussi aux auteurs d'identifier 392 gènes dont le profil de méthylation est conservé dans les deux espèces. En consultant les données connues pour la souris de laboratoire, ils valident le même comportement. Tous ces gènes sont impliqués dans le développement physiologique (donc plus largement partagés entre espèces de mammifères). Cela leur permet de construire une « horloge épigénétique transférable à toutes les espèces de mammifères ». Ils vont cependant d'abord la valider dans l'espèce canine, sur des sujets de races ayant des espérances de vie différentes. Ils indiquent également souhaiter explorer si « le moment des modifications épigénétiques précoces peuvent influencer l'espérance de vie d'une échelle, ou bien d'individus ». Mais aussi, l'évolution de la méthylation et sa conservation à travers les espèces pour des groupes de gènes donnés font écrire aux auteurs que « au moins certains aspects du vieillissement sont la continuation du développement, et non pas un processus distinct ».

 

EN SAVOIR PLUS

 

“Quantitative Translation of Dog-to-Human Aging by Conserved Remodeling of the DNA Methylome.” Cell Systems, 2020, publication anticipée en ligne (17 p.). Article (en anglais) en libre accès.

  • Nom du fichier : Age chien
  • Taille : 247.51 Ko
Télécharger