COVID-19 et les animaux

CORONAVIRUS COVID-19 : INFORMATIONS SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

source: L'ordre national des vétérinaires 

Il a été fait état dans la presse d'un chien à Hong Kong testé positif au virus COVID-19 suite à une exposition proche de ses propriétaires qui étaient atteints du COVID-19. Si la présence de matériel génétique du virus COVID-19 a été montrée chez ce chien, il ne présentait en revanche aucun signe clinique de la maladie.

L'avis de l'ANSES sur le coronavirus covid-19 et les animaux est très documenté et conclut notamment qu'à la lumière des connaissances scientifiques disponibles, il n'existe aucune preuve que les animaux de compagnie et d'élevage jouent un rôle dans la propagation du virus.

Le site internet de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) mentionne ceci : " la propagation actuelle du COVID-19 est le résultat d'une transmission d'homme à homme. À ce jour, rien ne prouve que les animaux de compagnie puissent propager la maladie. Il n'est donc pas justifié de prendre des mesures à l'encontre des animaux de compagnie qui pourraient compromettre leur bien-être "

Nouvelles données au 25 Novembre 2020

Réceptivité et sensibilité des espèces domestiques au SARS-CoV-2 : des réassurances , encore quelques incertitudes

1567 zEtat des connaissances, pour les espèces domestiques (compagnie et élevage), de leur réceptivité (capacité à héberger le virus sans forcément développer de symptômes) et leur sensibilité (la capacité de l'espèce animale à exprimer des signes cliniques et/ou des lésions dues au virus) vis-à-vis du SARS-CoV-2 (LeFil, d'après Anses, 2020).

  • Trois jours avant la confirmation du premier élevage français de visons d'Amérique à être infecté par le SARS-CoV-2, l'Anses a publié un avis sur le rôle épidémiologique éventuel de certaines espèces animales dans le maintien et la propagation de ce virus.
  • Cet avis dresse l'état des connaissances sur le sujet en date du 30 septembre dernier. Il conclut à l'absence de rôle épidémiologique des animaux dans l'entretien du virus en France, et probablement dans le monde…
  • Pour les animaux domestiques, il prend acte que le chat, le furet et le hamster sont à ce jour les seules espèces considérées avec certitude comme réceptives et sensibles.
  • Pour les bovins, les porcs, la réceptivité est a priori acquise, mais dont être confirmée.
  • Les chiens, comme les lapins, sont réceptifs, mais leur sensibilité reste encore à confirmer.
  • Enfin, les volailles (poulets, dindes, canards) sont réfractaires à l'infection.
  • L'Anses recommande, « en contexte de circulation virale active (situation épidémique), (…) d'appliquer des mesures d'hygiène strictes après tout contact avec un animal réceptif »

L'Anses a publié le 19 novembre un avis concluant à l'absence « de rôle épidémiologique des animaux sauvages et domestiques dans le maintien et la propagation du [SARS-CoV-2] en France ».

État des connaissances

Ce document de 30 pages est le fruit d'une autosaisine de l'agence datant du printemps dernier, pour établir l'ensemble des connaissances scientifiques relatives à ce virus en lien avec les animaux, et pour lequel l'horloge des publications a été arrêtée au 30 septembre dernier. L'avis rassemble dans un tableau synthétique sur deux pages les résultats pour la réceptivité, la sensibilité et les transmission intra- et interspécifiques (lorsqu'elles sont disponibles), l'ensemble des résultats publiés à cette date, y compris sous la seule forme de manuscrits (préprints). Dans ses conclusions, il distingue quatre cas de figure, selon les espèces.

De l'incertitude à la certitude

  • Ne sont reprises ici que les données liées aux espèces domestiques (de compagnie et/ou d'élevage), mais pas celles relatives aux espèces sauvages maintenues ne captivité (élevage d'animaux à fourrure par exemple, ou en parcs zoologiques). Elles sont résumées dans le tableau en illustration principale.

  • Les espèces pour lesquelles les données publiées permettent de conclure à une absence de réceptivité (et donc de sensibilité) : ce sont les volailles (Gallus gallus, dinde et une espèce de canard, shaoxing).

  • Les espèces animales trouvées réceptives et/ou sensibles, mais où les données sont insuffisantes pour fonder une certitude : ce sont les bovins (une seule étude, 2 sur 6 bovins positifs transitoires) et les porcs (une seule étude sur 4 réussit l'inoculation, sans signes cliniques).

  • Les espèces dont la « réceptivité est établie, mais dont la sensibilité reste à confirmer ». Il s'agit du lapin (pas d'infection naturelle connue, malgré la recherche dans des élevages cunicoles à proximité des premiers foyers de SARS-CoV-2 chez les visons), et du chien. Pour ce dernier, des infections naturelles ont été observées avec signes cliniques (donc sensibilité), mais peu nombreuses et aucun signe clinique n'a été observé lors d'inoculation expérimentale. Comme pour le chat, il s'agit toujours d'un contact avec un patient humain, source la plus probable de leur infection.
  • Les espèces pour lesquelles réceptivité et sensibilité sont établies : le furet, le hamster (chinois et doré), le chat et de nombreuses espèces sauvages maintenues en captivité, dont le vison d'Amérique, le chien viverrin, de grands félins…

Cas des ovins

Pourrait s'y ajouter une cinquième catégorie, non évoquée par l'avis de l'Anses : celle des espèces pour lesquelles l'analyse in silico de la séquence génétique de leur ACE2 (récepteur du virus) laisse prévoir une réceptivité relativement élevée, mais qui n'ont pas (encore ?) été visées par des études d'inoculation ou de surveillance. C'est le cas de l'espèce ovine, trouvée par ces estimations au même niveau de réceptivité que les primates – dont l'Homme (Lam et coll., 2020). Les caprins y sont trouvés nettement moins réceptifs, à un niveau comparable à celui des équidés, pour lesquels il n'y a pas non plus à date d'autres éléments publiés.

Pas de rôle épidémiologique

Au bilan, les experts de l'Anses estiment que « les animaux domestiques et sauvages ne jouent pas, à ce jour, un rôle épidémiologique dans le maintien et la propagation du SARS-CoV-2 au niveau national, voire mondial ; cette diffusion est, à ce jour, le résultat d'une transmission interhumaine efficace par voie respiratoire »… L'émergence du variant 'cluster-5' (issu des élevages de visons contaminés) en transmission communautaire au Danemark est bien antérieure à cet avis, mais a été connue qu'après le 30 septembre. L'avis souligne d'ailleurs que « la réceptivité de certaines espèces animales au SARS-CoV-2, désormais établie, pose la question d'un risque éventuel de constitution d'un réservoir animal autre que l'humain ».

Recommadantions

A cet égard, l'Anses recommande d'être « particulièrement vigilant vis-à-vis de situations particulières impliquant des contacts entre l'Homme et les espèces réceptives, dans des conditions de densité importante d'animaux, et de promiscuité animal-Homme particulièrement en milieu clos ou confiné ». Ce qui fait référence, pour les espèces les plus réceptives, aux élevages de mustélidés et de chats (et refuges)… Il ajoute « une vigilance nécessaire vis-à-vis d'évasions potentielles d'animaux sauvages réceptifs, détenus en captivité, qui pourraient servir de relais de transmission ».

Côté élevages, il prévient que « dans un contexte de forte pression d'infection virale (situation épidémique), [il est nécessaire de] mettre en œuvre les mesures de biosécurité adéquates (tenant compte de la transmission aéroportée) (…) pour y éviter l'introduction et la propagation du virus ».

Côté médecine individuelle, « en contexte de circulation virale active (situation épidémique), il convient également d'appliquer des mesures d'hygiène strictes après tout contact avec un animal réceptif (se laver les mains avec du savon après avoir touché un animal ou après un entretien de la litière, éviter les contacts étroits au niveau du visage, port d'un masque en cas de manipulation d'un animal réceptif, etc.) ». La recommandation de distanciation et d'hygiène pour les personnes infectées au regard de leurs animaux s'applique tout autant.

En savoir +

- “Avis de l'Anses relatif au rôle épidémiologique éventuel de certaines espèces animales dans le maintien et la propagation du virus SARS-CoV-2.” Publié le 19 novembre (30 p.). En libre accès

Ressources documentaires animaux de compagnie et COVID-19

source: AFVAC